Lettre du maraîcher semaine 23

01/06/2020
par Equipe Riedoasis

Bonjour à toutes et à tous,

la semaine dernière, nous avons bien avancé dans les champs : les planches pour les patates douces ont été préparées et les patates douces plantées, une nouvelle série de concombres a été plantée sous la serre, la herse étrille a été passée dans les pommes de terre, les oignons ; les céleris branches, le persil et l'ail ont été désherbés...

Nous avons aussi - enfin - bâché notre serre de plants et semis... Toute l'équipe était rassemblée lundi dernier pour le bâchage, opération délicate lorsque le vent se lève. Mais ça y est, ça, c'est fait !

(Effet de serre garanti sous la serre : il y fait au moins 40 °C)

Et à part ça?

La crise sanitaire - encore elle! - a mis en évidence la fragilité du système économique mondialisé dans lequel on se trouve. Mais cette crise nous a aussi fait prendre conscience de la fragilité de notre propre système, à l'échelle locale, et de nos propres limites : les producteurs français, en particulier de fruits et légumes, ne sont pour l'heure pas en mesure de nourrir tous les français. Nous dépendons donc des importations. Sans doute plus que nous ne l'imaginons. Pourtant, la France est - ou devrais-je dire était?! - un grand pays agricole, avec de bons sols, un climat favorable à bon nombre de cultures, avec des terroirs diversifiés, et une "culture de la culture" un peu traditionnelle mais fonctionnelle... La France, cette terre fertile et capable de produire localement bien assez pour que tout le monde puisse manger à sa faim a vu ses "petits" agriculteurs disparaître, avalés par le système agro-industriel, au détriment des "grosses" exploitations, souvent malheureusement victimes de leur trop grande taille pour produire des produits de qualité.

Vous êtes de plus en plus nombreux à vous rapprocher de petits producteurs locaux tels que Riedoasis, et ça, ça nous remplit de joie et de bonheur car nous espérons que ce n'est que le début! Pour cela, un grand merci à vous tous, car sans vous nous ne serions pas là !

Pour autant, à l'heure d'aujourd'hui, à Riedoasis comme ailleurs, nous (les maraîchers) ne produisons pas assez pour nourrir et répondre à la forte demande de produits locaux... C'est pourquoi, encore aujourd'hui, nous dépendons de l'achat-revente, et cela nous permet de tenir financièrement, et de continuer d'avancer et de nous rémunérer. Gageons qu'à l'avenir, nous pourrons vivre - et vivre décemment - de notre production.

Dès aujourd'hui, et pour l'avenir et inverser la vapeur, nous allons avoir besoin de renforts pour faire face à cette demande croissante (non, non, on ne recrute pas, l'équipe a déjà bien grandi!) : D'autres pourraient s'y mettre, nous aujourd'hui, vous demain? se "mettre au vert", à cultiver la terre, créer ou recréer de petites fermes à taille humaine, en polyculture - élevage, créer des vergers, de beaux paysages de bocage avec ses haies, sa biodiversité... Ou plus simplement faire reverdir les balcons, les terrasses, la cour des immeubles, réinventer des villes plus vertes, plus vertueuses... Il ne tient qu'à chacun de nous de faire. De recréer du lien, aussi, de la solidarité, pour qu'après cette crise, l'anormal ne redevienne pas la norme ! Alors oui, un autre avenir est possible. Et si on s'y mettait, maintenant? Il est plus que temps d'agir!

Les initiatives se multiplient et nous donnent l'espoir d'un monde meilleur, plus résilient, plus solidaire, plus juste : partout on voit fleurir des éco-quartiers, des écolieux, des oasis... du vrac, du bio, du beau, du bon, du vrai ! Du local bien sûr ! Des labels "qualités" mieux reconnus, comme le bio certes, mais aussi la biodynamie..., et l'arrivée de nouveaux labels "commerce équitable français", si si ! Parce que comme vous ne vous en doutez peut-être pas, il n'y a pas que les pays du sud dont les produits ne sont pas vendu de manière équitable! Le tout, dans l'intérêt général, celui d'une planète malade et en surchauffe : plus de 47 degrés à New Delhi en Inde ces derniers jours. L'intérêt général? Vous savez, cette notion oubliée, désuète et reniée depuis de nombreuses années par nos hommes politiques. Celle dont ils se fichent éperdument. Ne se moqueraient-ils pas un peu de nous?

Sur ce, je vous laisse sur une citation d'une interview de Cyril Dion :

" On projette nos désirs sur le futur. Les écologistes ont voulu voir dans cette crise que la décroissance arrivait, tandis que les capitalistes ont projeté leurs fantasmes de libéralisme et de surveillance généralisée. Je crois que notre capacité à rêver a un impact sur la réalité. Notre faculté à imaginer notre futur nous donne l'énergie pour le construire."

Cyril Dion, sur France Inter, 30 mai 2020. L'article complet : https://www.franceinter.fr/environnement/cyril-dion-nous-allons-dans-le-mur-et-la-seule-solution-c-est-d-arreter

Prenez soin de vous et de vos proches!

Stéphanie

Dans vos paniers cette semaine :

PP DP PF
Désignation AB lieu d'origine Unité
Carotte AB France KG 0.8
Pomme de terre AB France KG 1.6 0.8
Salade tendre AB Riedoasis U 2 2
Chou Rave AB Riedoasis U 1 1
Radis rose botte ABRiedoasis U 1
Blette AB Riedoasis KG 0.7
Courgette AB Riedoasis KG 0.5
Oignon bunshing AB Riedoasis U 1
Bananes AB Équateur KG 1
Pommes AB Italie KG 1
Abricots pour confiture AB France KG 0.8